Accueil » Le public

Le public

Les structures

Dans le cadre de ses représentations artistiques, Choupette et Compagnie ne s’interdit aucune structure si tant est que celle-ci accueille des personnes en souffrance, isolées, en fin de vie, sans ressources, fragiles psychologiquement… De par le passé avec son association Ker Jeanne, Marie-Lise PEYRACHE alias Choupette s’est déjà rendue tour à tour dans des prisons, maisons de repos, maisons de retraite et de cure médicale, dans des hôpitaux, cliniques, centres de gériatrie, foyers pour sans-abris, résidences-foyers, établissements de santé et même dans des antennes de l’association des paralysés de France. Car là où la musique fait défaut, Marie-Lise répond toujours présente.

La musique, fenêtre sur le monde

Marie-Lise les voit. Ils n’ont plus toujours les jambes légères. Avec la douleur, leurs mâchoires peuvent avoir du mal à se décontracter. Parfois, ils sourient si peu qu’ils ne pensent plus à sourire du tout.

Mais quand on vient leur jouer de la musique, quelque chose se passe en eux. Ils ne sont plus ce qu’ils sont. Ils redeviennent ce qu’ils étaient. Marie-Lise le voit. Et c’est pour cela qu’elle revient sans cesse jouer de la musique pour eux.

Photographie de Marie-Lise PEYRACHE dans un EHPAD
Concert de violon dans un EHPAD
Photographie de Marie-Lise PEYRACHE au service des malades
Marie-Lise dans le service dialyse à l’hôpital de Vannes
Photographie de Marie-Lise PEYRACHE au service des malades
Marie-Lise au domicile d’un patient
Photographie de Marie-Lise PEYRACHE au service des malades
Angle de vue différent de Marie-Lise qui joue à l’hôpital de Vannes

Sans se lasser, Marie-Lise se porte au secours des hommes, des femmes et des enfants pour qui la médecine ou les services sociaux donnent déjà leur maximum et qui donc, attendent autre chose. Quand elle s’en va, on lui dit merci. Mille fois merci.

Les lettres de remerciement

Grâce à l’association Ker Jeanne créée en 1995 par celle que l’on ne présente plus, ce sont plus de deux cent cinquante concerts que la violoniste Choupette a à son actif. Son expérience de la scène n’est ainsi plus à démontrer. De surcroît, vingt-six ans plus tard, sa motivation à se produire devant un public est resté intact.

Bien entendu, jamais il n’y aurait eu autant de concerts en France et dans le monde s’il n’y avait pas eu un bouche à oreille très positif à l’égard des prestations musicales produites. À ce propos, nombreuses sont les lettres de remerciement reçues, des lettres authentiques, sincères, dans lesquelles transparaissent et la joie et le désir de renouveler cette expérience.